Choix de l'affichage
L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée
L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée
L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée L'image n'a pu être affichée
Aperçu de la sélection
Voici le nouveau style
Cliquez ici pour modifier l'affichage du site (malvoyants)

INFORMATIQUE ET DÉFICIENCE VISUELLE

Découvrez le film pédagogique réalisé par FORJA sur l'adaptation d'un poste de travail à la déficience visuelle ici.

L’informatique fait réellement partie de notre quotidien et est devenu incontournable dans le secteur professionnel. Aujourd’hui, il est techniquement tout à fait possible d’adapter cet outil pour des personnes en situation de handicap visuel, c’est-à-dire aveugles ou malvoyantes.

L'INFORMATIQUE BRAILLE

Les personnes aveugles, ou très malvoyantes utilisent un ordinateur fixe ou portable grâce à un logiciel de revue d’écran qui retranscrit les données numériques affichées à l'écran sous deux formes :

- vocale (on parle alors de synthèse vocale)

- braille grâce à une plage braille. Il s’agit d’un dispositif raccordé à l'ordinateur qui restitue le texte affiché à l’écran en temps réel en caractères brailles, sous forme de picots reconstituant les cellules braille. Ces picots mobiles apparaissent et disparaissent au fur et à mesure de la navigation.

FORJA possède différentes dimensions de plage tactile : 40, 60 ou 80 caractères.

 

Ces utilisateurs déficients visuels ont alors la capacité de naviguer dans un écran sans le voir, en ayant mémorisé l’interface.

Il est important de noter que le travail avec une synthèse vocale et un terminal braille demande une bonne représentation mentale de ce qu'est l'écran ordinaire et de bonnes facultés de mémorisation. En effet, ne pouvant visualiser l'écran, la personne non-voyante ou malvoyante profonde devra se le représenter mentalement, le mémoriser, se rappeler l'enchaînement des événements. Elle devra, pour se représenter la réalité, la structurer, solliciter beaucoup plus qu’une personne voyante ses processus de mémorisation et de synthèse. Elle est ainsi amenée à déployer une activité cérébrale très importante, au début de son apprentissage.

 

Pour écrire l’utilisateur peut se servir, couplé à la plage braille, d’un clavier standard qu’il devra connaître par cœur. Il devra mémoriser tous les raccourcis clavier pour travailler sur l’ordinateur qui, en toute logique, n’est pas équipé de souris.

 

Pour écrire, la personne déficiente visuelle peut également utiliser un "bloc-note braille" disposant d’un clavier de saisie de 8 touches qui permettent directement d’écrire en code braille. Ce bloc-note, qui dispose aussi d’une plage braille, peut être utilisé de façon autonome, un peu comme un ordinateur portable.

 

 

L'INFORMATIQUE BASSE VISION

Pour une personne malvoyantes une adaptation personnalisée est possible en fonction de son potentiel visuel.

Elle peut utiliser directement les possibilités de grossissement du système d’exploitation de son ordinateur.

Ou elle peut se servir de logiciels spécifiques qui permettent d'agrandir les informations à l'écran tel que ZOOMTEXT. Ces derniers permettent à la fois d’agrandir les caractères, le curseur et le pointeur, mais aussi de les mettre en évidence avec différentes couleurs et de jouer sur les contrastes. 

Il est important de noter que le malvoyant utilisateur d'un logiciel d'agrandissement n'a plus la possibilité d'utiliser sa vue globale à l’écran. II doit donc mettre en place une mémoire visuelle en puzzle, puzzle sans cesse en cours de reconstitution.

 

Ce type de logiciel peut aussi proposer une synthèse vocale. Des claviers adaptés peuvent être associés. 


LES AIDES OPTIQUES

Des aides optiques peuvent être couplées à l’ordinateur facilitant la lecture des documents et des affichages, ou la perception d’explications gestuelles (loupe, vidéo agrandisseur, monoculaire, télé agrandisseur,... - voir photos ci-dessous).

Pour accéder à l’information, une machine à lire peut aussi être utilisée. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour déclencher la lecture de tous types de documents dactylographiés. Il faut placer le document imprimé sur la vitre du scanner (comme dans une photocopieuse) qui le photographie et le met dans la mémoire de l'ordinateur. Ensuite, le logiciel de reconnaissance optique de caractères (OCR) effectue la reconnaissance de l'image et la traduit en fichier texte qui peut être lu par synthèse vocale.

Aucune connaissance en informatique n’est requise ; ce matériel est très simple d’utilisation et apporte une autonomie importante dans la lecture personnelle des documents. 

SMARTPHONES

Tous ces systèmes sont aussi des aides précieuses pour l’utilisation des smartphones : dictaphone, synthèse vocale, connexion avec une plage braille, application intégrant un clavier braille… permettent la navigation dans le téléphone ou encore l’écriture et la lecture de SMS…

 

Toutes ces adaptions possibles pour un poste de travail permettent une insertion professionnelle réussie en milieu ordinaire.

 

N. QUESNOT et C. ZAMBOU
Enseignants bureautique spécialisée

 

Documents à télécharger

Excel et jaws raccourcis clavier

ZoomText clavier à grands caractères

ZoomText utilisation de DocReader

Diplôme informatique